Reprise du titre de la page

Le développement psychologique de l’enfant

 

 

Chaque enfant est unique et se développe à son rythme. Etablir des comparaisons entre enfants n’a donc aucune utilité. Les données fournies ci-dessous ne le sont qu’à titre indicatif.

De nombreux psychanalystes se sont penchés sur la question du développement de l’enfant, non pas dans le but d’essayer de définir une norme, mais pour tenter de comprendre comment l’enfant construit sa personnalité et s’individualise.

Les progrès d’un point de vue du développement psychomoteur ou de la parole interpellent toujours plus le parent, qui peut en mesurer facilement l’évolution, alors que l’apprentissage du monde extérieur est moins perceptible et pourtant tout aussi important pour son autonomie.

On distingue plusieurs étapes dans le développement dit « normal » de l’enfant :

 

Le stade oral (de 0 à 12 mois)

bebe baillePendant toute la première année, le nourrisson découvre le monde avec sa bouche. C’est comme ça qu’il va explorer son environnement : en le goûtant. C’est aussi par la bouche que passeront les premières notions de plaisir bien que le toucher soit aussi très important.

Les premières semaines, la maman et le bébé ne font qu’un.

bebe doudouVers 3 mois, les premiers sourires apparaissent, signe que bébé reconnaît que quelque chose existe en-dehors de lui. Il commence à développer sa capacité à attendre, et peut investir un objet transitionnel, doudou, tissus, etc. qui lui permet de se rassurer loin de sa mère.

A 4 ou 5 mois, il poursuit sa séparation en explorant le visage de sa mère, la touche, tire ses cheveux.

A 6 mois, les premières dents arrivent ; avec elles se développe un besoin de morsure (probablement lié aux douleurs dentaires) ce qui est parfois douloureux lorsque l’enfant est encore allaité car il lui arrive de mordre le sein. C’est un moment où l’enfant trouve du plaisir et du réconfort en portant ses mains à la bouche et en mordant les objets qui l’entourent.

C’est vers 8 mois que l’enfant a vraiment pris conscience que sa mère et lui son deux entités différentes ; il le signifie par des pleurs ou un retrait en présence d’une personne étrangère. On appelle communément cette période angoisse du 8ème mois bien qu’elle puisse débuter un peu plus tôt.

bebe sourirePar la suite l’enfant qui gagne en mobilité est capable de se déplacer à 4 pattes puis en marchant pour explorer un espace chaque jour un peu plus étendu. Il s’éloigne mais revient toujours vérifier la présence du parent, ce qui le sécurise et lui permet de gagner progressivement en autonomie.

Lors de sa première année, le nourrisson va faire des progrès considérables, qui reposent avant tout sur un lien affectif de qualité, et lui permettent de se différencier progressivement de ses parents et d’appréhender son corps pour devenir un individu à part entière.

 

Le stade anal (de 1 an à 2 ans)

Cette période correspond à peu près à l’entrée dans le langage. C’est une bebe potétape importante pour l’enfant qui est capable de maîtriser son corps en décidant seul d’aller ou non aux toilettes. Il comprend également rapidement que l’adulte est satisfait et le félicite lorsqu’il a été sur le pot. Il peut alors décider, ou non, de faire plaisir à l’adulte et il le fait seul. En cela, il affirme une personnalité déjà très marquée. L’enfant est dans la maîtrise de la relation à l’autre.

Cette période est celle des grandes colères, de la phase d’opposition, il dit « non », car l’enfant a le désir de faire « tout seul ».

Attention toutefois à respecter le rythme de votre enfant concernant la propreté. C’est une période source d’angoisses car si l’enfant prend un plaisir à l’excrétion il est quand même déstabilisé de perdre quelque chose qui sort de son propre corps, comme s’il perdait un fragment de lui-même. Il faut éviter de le forcer à aller sur le pot ou à y rester. La propreté est une acquisition et non un apprentissage, cela viendra naturellement.

 

Le stade phallique (de 2 à 4 ans)

L’enfant découvre la zone génitale, ce qui développe certaines angoisses notamment de castration lors de la découverte de la différenciation des sexes. Il commence aussi à se demander comment sont faits les bébés. Il se pose de grandes questions sur le monde qui l’entoure et fonctionne beaucoup par imitation en reproduisant les situations quotidiennes de la maison (dinette, poupées, ménage, etc.).

Le langage est aussi plus élaboré et l’imaginaire est très développé. Il est capable de jouer longtemps, et de jouer à plusieurs. Il élargit peu à peu son cercle social, ce qui implique une certaine frustration et des conflits qui vont engendrer des limites. Ces limites permettent à l’enfant de façonner sa personnalité et de comprendre ce qui est socialement admis ou non.

 

L’Œdipe (de 4 à 6 ans)

enfant pas contentCette période correspond à celle de l’attirance de l’enfant pour le parent de sexe opposé et à une rivalité envers le parent du même sexe. L’enfant voit dans le parent du même sexe un idéal à atteindre et souhaite donc le remplacer sur tous les plans y compris dans l’affection du parent du sexe opposé. Cette étape lui permet de s’identifier à l’adulte et de comprendre les limites de la société.

 

La période de latence (de 6 à 12 ans)

L’école fait beaucoup pour cette tranche d’âge. L’enfant doit se soumettre à des horaires et à une discipline rigide. Les pulsions d’opposition, d’œdipe, d’identification aux parents se transforment et laisse place à un désir d’apprendre, une curiosité intellectuelle. L’enfant de 6 ans est devenu un être social qui « délaisse » son parent pour trouver d’autres modèles à qui s’identifier (camarades d’école, instituteur, etc.). Il a sa propre réflexion et remet en cause la parole de ses parents qui n’est plus, pour lui, une vérité absolue.

L’enfant trouve le temps long durant cette période, il a le désir de grandir enfant lecturevite. Il a beaucoup d’énergie à canaliser. Il a besoin de se dépenser et de faire du sport, fais des rêves de super héros, lis des romans peuplés de chevalier, etc. ; cela lui permet de compenser son impuissance. Plus l’imaginaire est développé et plus il dépense d’énergie physique, plus il a de facilité à gérer l’attente.

L’imaginaire laissera place progressivement à une pensée plus intellectualisée jusqu’à entrer dans le stade de la puberté qui apportera son lot de transformations.

Dr Joseph AROULANDOM

Dr Joseph AROULANDOM

Pédiatre

Chef de Clinique Assistant

Service de Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques

Hôpital Trousseau – Assistance Publique des Hôpitaux de Paris

Site web : http://nutritiongastro-trousseau.aphp.fr

Dossier

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Retrouvez les tutoriels vidéo de Daddylemme ! Activité manuelle, astuce, recette, jeux, etc.

Parer aux maladies hivernales

Parer aux maladies hivernales

Le rhume, la gastro-entérite, l'angine, la grippe ou la bronchite sont autant de maladies, souvent bénignes, qui peuvent passer sans avoir recours aux antibiotiques.

Mon enfant a peur du noir

Mon enfant a peur du noir

La crainte du noir, chez l’enfant, est universelle. Au même titre que la peur de l’étranger, la peur de l’eau , ou la peur de la mort…

Compote pommes, banane à la cannelle

Recettes

Compote pommes, banane à la cannelle

  Ingrédients : 4 Pommes 1 Banane 1 Pincée de cannelle   Epluchez et coupez vos fruits. Enlevez les [...]