Reprise du titre de la page

La gastro-entérite aïgue

Epidémiologie

enfant mal de ventreLa gastro-entérite est une inflammation de la muqueuse digestive (paroi interne de l’estomac et de l’intestin) qui provoque de la diarrhée et des vomissements de survenue brutale. Elle est parfois appelée grippe intestinale dans le langage courant.

Elle est plus fréquente l’hiver (le pic de la maladie est généralement atteint les premières semaines du mois de janvier) et touche toutes les catégories de population.

On distingue deux types de gastro-entérite :

 

•  La gastro-entérite d’origine virale :

C’est l’affection la plus fréquente car extrêmement contagieuse. Elle survient principalement l’hiver par épidémies plus ou moins localisées. Le rotavirus et l’adénovirus sont les deux virus les plus souvent mis en cause. La contamination est oro-fécale,  autrement dit par contact direct avec des selles ou des vomissements porteurs du virus (mains sales, objets contaminés, etc.).

 

•  La gastro-entérite d’origine bactérienne :

Comme les salmonelles par exemple. Elle survient lors de la consommation d’aliments ou de boissons contaminés.

 

 

Clinique

La période d’incubation (c’est-à-dire le délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) s’étend de 24h à 72h dans le cas d’une pathologie virale et d’1h à 12h si elle est bactérienne.

fille malade ventreLes symptômes sont très variables d’un individu à l’autre. On retrouve généralement une perte d’appétit, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, de la diarrhée qui peut être aqueuse ou glaireuse ainsi qu’une fièvre modérée.

Un individu atteint est contagieux depuis l’apparition des premiers symptômes jusqu’à 48h après leur disparition. Les enfants en collectivité et les personnes immunodéprimées (c’est-à-dire ayant un déficit de l’immunité à cause d’une maladie ou d’un traitement particuliers) sont plus à risque.

Le diagnostic est essentiellement clinique. Le médecin procède également à un interrogatoire minutieux pour différencier la gastro-entérite d’un empoisonnement (consommation de champignons vénéneux ou autres toxiques). Il n’est généralement pas nécessaire d’effectuer d’examens complémentaires sauf éventuellement si l’infection survient au retour d’un voyage dans un pays exotique.

 

 

Complications 

deshydratation enfantLa principale complication de la gastro-entérite est la déshydratation. On y est particulièrement vigilant chez le nourrisson qui se déshydrate très rapidement.

Des urines moins fréquentes et plus foncées, un changement de comportement (somnolence, irritabilité), les yeux « creusés » sont des signes qui doivent vous alerter. Le médecin évaluera le degré de déshydratation lors de la consultation à l’aide du poids de l’enfant et d’autres signes spécifiques.

 

 

Traitement

Il est essentiellement symptomatique. Une grande partie repose sur les mesures de réhydratation et de réalimentation précoce. Votre médecin pourra éventuellement être amené à vous prescrire en parallèle des anti-émétiques en cas de vomissements, des anti-diarrhéiques pour soulager la diarrhée ou un antipyrétique pour diminuer la fièvre selon les symptômes. Mais tous ces traitements ne permettront pas d’accélérer la guérison et ne sont pas essentiels dans le traitement. Seule la réhydratation l’est. Les antibiotiques ne sont indiqués que dans le cas d’une infection bactérienne.

Les médicaments visant à lutter contre la diarrhée ont de nombreux effets indésirables et ne sont pas tous indiqués chez l’enfant en bas âge, il est donc préférable de consulter un médecin pour avis et d’éviter l’automédication.

 

 

Régime particulier

La réhydratation est le seul traitement indispensable. Des solutés de réhydratation orale (SRO) existent en pharmacie et permettent de corriger les troubles hydro-électrolytiques liés à la perte d’eau et de sel. Ils sont remboursés par la sécurité sociale dans le cadre d’une prescription médicale. L’eau simple n’est pas adaptée pour réhydrater un enfant déshydraté.

L’eau de riz, de carottes, ainsi que les sodas sont inadaptés et risquent même d’aggraver les troubles digestifs, ils sont donc à proscrire.

123RF / oksun70

Les 4 à 6 premières heures, il est préférable d’arrêter totalement l’alimentation pour laisser un temps de repos au tube digestif. Pendant ce laps de temps, le SRO doit être proposé par petites quantités toutes les 10 à 20 minutes. Si l’enfant demande plus, le soluté peut être bu à volonté. En cas de vomissements, un SRO donné frais est généralement mieux toléré. Lorsque l’hydratation sera suffisante, l’enfant arrêtera de lui-même. Ne le forcez pas à continuer car cela pourrait au contraire entretenir la diarrhée.

Dans le cas particulier d’un enfant allaité, l’alimentation ne sera pas arrêtée et le SRO sera proposé entre les tétées.

A la fin de ce laps de temps, l’enfant doit reprendre une alimentation pour éviter tout risque de dénutrition :

•  Enfant de moins de 3 mois : Le lait habituel sera généralement remplacé par votre médecin par un hydrolysat (lait sans protéines de lait de vache). Ce lait sera poursuivi 3 à 4 semaines avant de réintroduire le lait habituel.

•  Enfant de plus de 3 mois : Le lait habituel peut être remplacé par un lait sans lactose pendant quelques jours si la diarrhée est sévère ou traînante (plus de 15 jours), bien que l’utilité soit discutable. Le lait habituel est ensuite repris sans transition au bout d’1 semaine.

• Enfant diversifié : un régime « anti-diarrhéique » strict n’est ni indispensable ni d’efficacité prouvée. Il peut même compromettre la renutrition chez un enfant qui mange encore peu, par son caractère hypocalorique et peu attractif.

 

 

Evolution

Elle est favorable en quelques jours dans la majorité des cas. Il arrive parfois qu’il y ait une rechute avec une intolérance au lactose transitoire.

 

 

Prévention

La prévention repose avant tout sur l’hygiène des mains et sur l’hygiène des jouets et du mobilier en collectivité.

Un vaccin contre le rotavirus existe sous forme buvable pour les enfants de moins de 6 mois. Il est recommandé de réaliser ce vaccin, malgré le fait qu’il ne soit pas encore remboursé par la sécurité sociale.

Enregistrer

Dr Joseph AROULANDOM

Dr Joseph AROULANDOM

Pédiatre

Chef de Clinique Assistant

Service de Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques

Hôpital Trousseau – Assistance Publique des Hôpitaux de Paris

Site web : http://nutritiongastro-trousseau.aphp.fr

Dossier

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Retrouvez les tutoriels vidéo de Daddylemme ! Activité manuelle, astuce, recette, jeux, etc.

Parer aux maladies hivernales

Parer aux maladies hivernales

Le rhume, la gastro-entérite, l'angine, la grippe ou la bronchite sont autant de maladies, souvent bénignes, qui peuvent passer sans avoir recours aux antibiotiques.

Mon enfant a peur du noir

Mon enfant a peur du noir

La crainte du noir, chez l’enfant, est universelle. Au même titre que la peur de l’étranger, la peur de l’eau , ou la peur de la mort…

Compote pommes, banane à la cannelle

Recettes

Compote pommes, banane à la cannelle

  Ingrédients : 4 Pommes 1 Banane 1 Pincée de cannelle   Epluchez et coupez vos fruits. Enlevez les [...]