Reprise du titre de la page

La fécondation

Désir d’enfant

La fertilité du couple est définie par la capacité à concevoir, c’est-à-dire à obtenir une grossesse. La fécondabilité correspond à la probabilité d’obtenir une grossesse à chaque cycle menstruel.

L’âge féminin est un paramètre capital pour la fertilité. A 25 ans, le délai bebe yeux bleuxnécessaire à concevoir est d’en moyenne 3 à 6 mois. La fertilité féminine commence à diminuer lentement dès 30 ans, puis plus rapidement après 35 ans.

L’impact de l’âge du père est moins étudié. Il semble que la fertilité optimale pour un homme correspondrait à un âge paternel de 30-34 ans puis diminuerait lentement. Dès 45 ans, le volume ainsi que la mobilité des spermatozoïdes sont altérés.

Le système reproducteur masculin

Les tubes séminifères dans les testicules sont le siège de la spermatogenèse, c’est-à-dire de la production des gamètes mâles : les spermatozoïdes. Au sein de ces tubes séminifères se trouvent aussi les cellules de Sertoli qui sont des cellules de soutien aux cellules spermatozoidespermatiques.  Situées entre les tubes séminifères, les cellules de Leydig ont pour fonction principale la synthèse de testostérone.

La spermatogenèse est un phénomène continu à partir de la puberté ; les cellules germinales souches se multiplient et se différencient pour former des spermatozoïdes. La durée de la spermatogenèse est de 74 jours chez l’homme. Les spermatozoïdes ainsi formés seront stockés dans l’épididyme où ils subissent également leurs dernières étapes de maturation (acquisition de la mobilité notamment) jusqu’à leur émission.

Le système reproducteur féminin

Chez la femme, le stock d’ovocytes est complet et définitif avant la naissance. A partir de la puberté, à chaque cycle, la femme libère normalement un gamète mature : l’ovocyte. La maturation de l’ovocyte estovule ovocyte spermatozoide accompagnée de l’augmentation du nombre de cellules qui l’entourent : les cellules folliculaires. Durant les étapes du développement ovocytaire, l’environnement maternel joue un rôle capital dans la maturation de l’ovocyte.

Lors de l’ovulation, l’ovocyte mature entouré de ses cellules folliculaires est capté par la trompe de Fallope où il pourra être fécondé par un spermatozoïde.

 

La fécondation

La capacitation :

Lors du rapport sexuel, les spermatozoïdes sont déposés au fond du vagin. Au cours de leur progression dans les voies génitales féminines, ils vont subir des modifications qui leur donneront la capacité d’atteindre l’ovocyte et d’interagir avec ce dernier.

La réaction acrosomique :

spermatozoide penetration ovuleLes spermatozoïdes qui arrivent au contact de l’ovocyte vont dissocier les
cellules folliculaires qui l’entourent, puis traverser la zone pellucide de l’ovocyte et se lier à la membrane de ce dernier. Cette liaison va déclencher la réaction acrosomique, qui correspond à la libération d’enzymes pour permettre la fusion des membranes du spermatozoïde et de l’ovocyte.

Fusion gamétique :

La libération de ces enzymes permet au spermatozoïde de pénétrer dans l’ovocyte. La membrane du spermatozoïde fusionne avec la membrane de l’ovocyte.

ovule fécondeLa pénétration du spermatozoïde dans l’ovocyte entraîne le blocage de la
polyspermie
et permet la formation du zygote (ovocyte fécondé), puis le développement embryonnaire précoce avec les premières divisions mitotiques.

La période préimplantatoire

L’embryon évolue en parallèle à sa migration dans la trompe en direction de l’utérus, où il s’implantera et se développera. Ces étapes sont sensibles aux conditions environnementales. Les nutriments et les hormones présents dans les trompes et l’utérus sont influencés par l’alimentation maternelle et peuvent modifier la prolifération, l’apoptose ou l’évolution de l’embryon.

La période fœtale

Le développement et la croissance du fœtus dépendent du placenta qui Fetusforme l’interface entre la mère et le fœtus. La croissance et la fonctionnalité du placenta sont soumises, entre autre, au statut nutritionnel de la mère. Une grande variété de nutriments, hormones, facteurs inflammatoires et facteurs de croissance sont échangés entre la mère et son fœtus dont certains régulent le développement intra–utérin en réponse aux variations environnementales. Une insuffisance placentaire entraine un défaut de transport des nutriments et des hormones de la mère vers le fœtus et peut altérer son développement.

Dr Céline FAURE

Dr Céline FAURE

Chercheur Nutrition/Fertilité

Recherche clinique APHP – Service Biologie de la Reproduction – Hôpital Jean Verdier
Docteur es Sciences en Biologie Moléculaire et Cellulaire de l’Université de Saint-Étienne
Diplôme d’Etudes Approfondies en Nutrition de l’Université Marseille II
Diplôme Inter-Universitaire en Nutrition Humaine de l’Université de Lyon

Après plusieurs années de recherche fondamentale en Biologie Moléculaire et Cellulaire ainsi qu’une formation en Nutrition, je travaille depuis 7 ans en recherche clinique en nutrition/fertilité.

J’interviens sur la conception, mise en œuvre puis exploitation des résultats des Projets Hospitaliers de Recherche Clinique dans différents services de Biologie de la Reproduction des Hôpitaux de Paris. Et je suis en charge des inclusions des patients (bilan alimentaire, mesures anthropométriques, bilan de fertilité / infertilité, prélèvements sanguins, techniques biologie / biochimie).

Un premier projet ALIFERT qui étudie la relation entre nutrition et fertilité, s’est terminé en novembre 2013 et les publications des résultats ont débuté. Le but est de comparer des couples fertiles et infertiles idiopathiques selon la nutrition, les mesures anthropométriques, l’exposition aux toxiques (tabac, pollution, contaminants alimentaires: métaux lourds, microbiotes, pesticides), l’anxiété, l’activité physique et le stress oxydatif. Nous prenons aussi en compte l’influence de l’environnement maternel et paternel en pré- et péri-conceptionnel (au niveau des gamètes, impact sur le nourrisson puis effet à l’âge adulte: concept de DOHAD).

Le deuxième projet METASPERME est actuellement en cours sur plusieurs hôpitaux parisiens. Ce projet cherche à mettre en évidence l’implication du stress oxydatif dans l’infertilité masculine mais aussi dans l’effet épigénétique sur l’ADN des spermatozoïdes.

Parallèlement à l’activité de recherche clinique, nous participons à des projets de recherche fondamentale chez le lapin, dans une collaboration avec l’INRA. Après un premier travail sur l’impact de l’alimentation maternelle hypercholestérolémique sur la fonction de reproduction des descendants mâles, nous sommes impliqués dans l’étude de l’impact de la pollution atmosphérique sur les fonctions de reproduction des mâles descendants de mères exposées au diesel durant la gestation. Ce projet ANR EPAPP est actuellement en cours.

Dr Céline FAURE
Service Biologie de la Reproduction
Hopital Jean Verdir
avenue du 14 juillet
93140 BONDY
faure_celine@hotmail.fr

Dossier

Questions de futurs parents

Questions de futurs parents

Bientôt parents ? Notre maman experte fait le point sur l'organisation à mettre en place afin d'accueillir bébé en toute sérénité !

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Les Tutos vidéos de Daddylemme

Retrouvez les tutoriels vidéo de Daddylemme ! Activité manuelle, astuce, recette, jeux, etc.

Parer aux maladies hivernales

Parer aux maladies hivernales

Le rhume, la gastro-entérite, l'angine, la grippe ou la bronchite sont autant de maladies, souvent bénignes, qui peuvent passer sans avoir recours aux antibiotiques.

Test de grossesse Clear Blue avec tige de contrôle, boite de 1 test
Compote pommes, banane à la cannelle

Recettes

Compote pommes, banane à la cannelle

  Ingrédients : 4 Pommes 1 Banane 1 Pincée de cannelle   Epluchez et coupez vos fruits. Enlevez les [...]